Un forum fruité

Contient tous les nutriments d'un petit déjeuner communiste
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les psychiatres, des apprentis sorciers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
megalomarc
Trouble Maker
avatar

Nombre de messages : 1290
Date d'inscription : 08/09/2010

MessageSujet: Les psychiatres, des apprentis sorciers   Lun 14 Mar 2016 - 0:20

Citation :
Deux personnes vivent la même épreuve. L'une tombera en dépression, l'autre non. Pourquoi? C'est la question que s'est posée l'équipe du chercheur en psychiatrie à l'Université McGill, Bruno Giros.

Quoi ? Est-ce qu'ils font juste commencer à se poser ce genre de questions ?

Crisse que la psychiatrie est encore peu avancée. Ils ont tellement de fonds par les pharmaceutiques qu'ils n'avancent pas. Ils cherchent à tout prix à prouver que la maladie vient d'une cause biologique, et que le remède doit aussi nécessairement être un médicament biologique.

http://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/les-eclaireurs/saison-2014-2015-les-eclaireurs/segments/entrevue/5897/vulnerabilite-depression-bruno-giros-institut-douglas

Citation :
La dépression, comme tous les problèmes de santé mentale, est parfois identifié par certains comme un signe de faiblesse. Une erreur, selon le professeur Giros. « On ne commencera pas à dire à quelqu’un qui a un cancer qu’il est faible. C’est la même chose pour les maladies mentales, il faut soutenir ces personnes et ne pas les stigmatiser » conclut-il.

C'est comme de dire, n'encourageons pas les gagnants, n'encourageons pas ceux qui s'en sortent eux mêmes, c'est pas parce qu'ils sont forts, c'est parce qu'ils ont une prédisposition biologique qui leur facilite la tâche.

C'est clair que les gens qui font des dépressions sont faibles. J'ai déjà fait une dépression, et j'étais faible. Mais c'est pas un état intrinsèque, c'est possible de devenir fort. Mais évidemment, ça n'arrivera jamais en s'en remettant à ces vendeurs de pilules.
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Du Motier
Trouble Maker
avatar

Nombre de messages : 2529
Date d'inscription : 24/04/2015

MessageSujet: Re: Les psychiatres, des apprentis sorciers   Lun 14 Mar 2016 - 15:16

journal a écrit:
La dépression, comme tous les problèmes de santé mentale, est parfois identifié par certains comme un signe de faiblesse. Une erreur, selon le professeur Giros. « On ne commencera pas à dire à quelqu’un qui a un cancer qu’il est faible. C’est la même chose pour les maladies mentales, il faut soutenir ces personnes et ne pas les stigmatiser » conclut-il.

Quelle shit. Pure shit.

La dépression est certainement un signe de faiblesse.

J'en ai fait une (selon ma blonde), v'là des années, pour une histoire de job. Trop fif pour lâcher. En m'approchant du fond j'ai réalisé, et c'est la que j'ai puisé la force pour mettre fin, briser, détruire a jamais la situation et passer a une autre étape. C'était une faiblesse. Je ne l'ai plus. Fuck toute, si je n'aime pas ca, je ne le fais plus. Si une situation, une personne, ne me convient pas, je la décâlice de ma vie. D'ailleurs, décalicer les choses qui nous font chier, c'est jouissant.

J'dis ''selon ma blonde'' parce-que selon moi, quand quelque chose nous fait chier, le cerveau prend la bonne décision de nous rendre malheureux. Comme le reste du corps fait avec la douleur physique. Quand j'ai un cailloux dans ma botte, mon cerveau me fait ressentir de la douleur, et plus en plus de douleur jusqu'au point de rupture ou l'on prend la décision d'arrêter, de détacher sa botte et d'enlever le cailloux. Autrement, sans douleur, je laisserais le cailloux en place, jusqu'à temps de me déchiqueter le talon, pogner une infection et perdre mon pieds.


Dernière édition par Gilbert Du Motier le Lun 14 Mar 2016 - 15:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Du Motier
Trouble Maker
avatar

Nombre de messages : 2529
Date d'inscription : 24/04/2015

MessageSujet: Re: Les psychiatres, des apprentis sorciers   Lun 14 Mar 2016 - 15:30

A voir ce qui rend les gens dépressif, tabarnak, certainement que c'est une faiblesse.

L'autre a une petite graine, et il n'en finit plus de s'en faire chier avec sa criss de graine.

L'autre n'a pas des gros jos, elle ne se sent pas femme, pense juste a ca....

Osti de niaisage de câlice de ''qu'est-ce que j'ai l'air'' de j'suis pas assez ci, pas assez ca.

Le linge cher, l'argent, les diplômes, les grosses jobs, les totons, jusqu'a l'année du char osti...revenez-en calvaire.

Les hommes en dépression, sont des tapettes molles. Changez. Pour écraser nos grand-pères, fallait qu'ils reviennent de la GUERRE osti. Rien en bas de ca. Des hommes câlice.
Revenir en haut Aller en bas
Le Jam (Le Grand Leader)
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 6517
Age : 16
Date d'inscription : 22/03/2007

MessageSujet: Re: Les psychiatres, des apprentis sorciers   Lun 14 Mar 2016 - 15:41

Je trouve votre vision archaïque.

Dans la psychiatrie on met en évidence le fait que certains aspects de la vie, certains états psychologiques sont liés à une chimie du cerveau dont on peut simplement être victime.

Après il est vrai qu'on a une capacité de rebondir de lutter autrement dit on a des leviers psychologiques sui permettent parfois par la volonté de changer cette chimie ou de changer les ingrédients de la reaction pour éviter que la mauvaisesreaction cchimique ne prenne le dessus.

Mais la vision de gros balourd macho entre faible et fort est aussi simpliste que ridicule.

Heureusement qu'il y a des psychiatres pour soigner les maladies mentales qui peuvent s'attaquer aux gens forts comme aux faibles, affaiblir les gens naturellement forts ou naturellement faibles.

Bref la vision qui met d'un côté les gens faibles et l'autre les forts est simpliste pour ne pas dire enfantine.
Revenir en haut Aller en bas
megalomarc
Trouble Maker
avatar

Nombre de messages : 1290
Date d'inscription : 08/09/2010

MessageSujet: Re: Les psychiatres, des apprentis sorciers   Lun 14 Mar 2016 - 16:01

C'est comme quand le vent souffle. Les conditions météos sont les mêmes pour tous les arbres. Il y en a qui cassent, parfois les gros arbres dont on se dirait, eux autres c'est des tough! D'autres plient et ne se brisent pas. D'autres ne plient pas du tout. C'est une question de force de l'arbre.

L'esprit fonctionne de la même façon. Par rapport à une situation donnée, objectivement dûre à supporter: une personne est brisée, une autre se fait brasser solide mais ne se brise pas, une troisième personne ne flanche même pas.

Mais comme l'esprit est plus malléable qu'une force physique, c'est possible d'apprendre de ses échecs, des fois où on a été brisés, pour se relever et devenir plus forts. Sauf que si on te dis que ta condition est dans ta génétique, tu ne chercheras pas de solution ailleurs que dans les médicaments et la "communication avec ton psy". Tu n'essayeras pas d'être plus positif, d'apprendre de tes erreurs.

C'est toi Le Grand leader qui ne comprend pas.
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Du Motier
Trouble Maker
avatar

Nombre de messages : 2529
Date d'inscription : 24/04/2015

MessageSujet: Re: Les psychiatres, des apprentis sorciers   Lun 14 Mar 2016 - 17:40

Le Grand leader (Le Grand Leader) a écrit:
Je trouve votre vision archaïque.

certains états psychologiques sont liés à une chimie du cerveau  dont on peut simplement être victime.

Ca ne tient pas la route pour la dépression.

Bien sûr qu'un être malheureux aura une ''chimie'' en conséquence.

Fais moi travailler dans une tour a bureau, et viens analyser ma ''chimie'' après un an. Elle sera en conséquence de ce que d'autres parties de mon cerveau conçoivent comme étant une situation qui me rend malheureux. Mon cerveau réagira très bien en déséquilibrant ma chimie, la faisant basculer vers une chimie du malheur.

A partir de la j'ai deux choix, soit mettre fin a la situation, soit réimprimer, a force de réflexion, l'autre partie de mon cerveau qui est a l'origine de la commande de déséquilibrer la chimie qui me rend malheureux. Autrement dit, quand ca va mal, nous ne sommes pas heureux. Mais c'est aussi notre cerveau qui commande et qui juge, selon ce qu'on lui inculque, de ce qui est bon ou mauvais, de ce qui nous rend malheureux ou heureux. Et tout ca est modifiable a l'interne.

Les pilules ne font que forcer une mauvaise réponse du cerveau, comme les drogues récréatives. C'est temporaire, et celui qui, soit ne met pas fin a la situation, soit ne réimprime pas sa base de données qui dicte et commande ce qui est bon ou mauvais, est condamné.
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Du Motier
Trouble Maker
avatar

Nombre de messages : 2529
Date d'inscription : 24/04/2015

MessageSujet: Re: Les psychiatres, des apprentis sorciers   Lun 14 Mar 2016 - 17:49

moi a écrit:
A partir de la j'ai deux choix, soit mettre fin a la situation, soit réimprimer, a force de réflexion, l'autre partie de mon cerveau qui est a l'origine de la commande de déséquilibrer la chimie qui me rend malheureux.

Les drogues, légales ou non, viennent fourrer une troisième voie cul-de-sac qui me permet d'éviter artificiellement le travail a faire. Soit de mettre fin a la situation, soit de réimprimer, jusqu'à mes valeurs. Tu stoppes tout, tu penses, tu cibles, tu mets en application et tu te sors de la.

Le cerveau des gens malheureux réagi très bien selon moi, dans la plupart des situations. Il est fait pour ca, nous rendre malheureux, ou heureux ou neutre. C'est un guide autonome avec une base de donnés centrale qui reste accessible et modifiable a l'occasion, quand l'occasion est forte.
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Du Motier
Trouble Maker
avatar

Nombre de messages : 2529
Date d'inscription : 24/04/2015

MessageSujet: Re: Les psychiatres, des apprentis sorciers   Lun 14 Mar 2016 - 18:00

Je commande a mon cerveau de me rendre malheureux lorsque je m'apprête a faire le mal, de me rendre malheureux si j'enfreins mes notions profondes de bien/mal. Je commande a mon cerveau de me rendre invivable mes injustices, de me rendre invivable le non respect du code d'honneur que je lui ai donné.

Bien sûr je pourrais réimprimer ma notion du bien/mal, de l'injustice et de l'honneur. Mais il me sera plus facile de réimprimer mes envies, ma jalousie...J'peux faire autrement, je m'efforce d'être maitre de tout ca.

Ultimement, dans la plupart des situations, en s'arrêtant, en s'enfoncant dans sa tête, on peut se sortir de pas mal de malheur et fabriquer nous même la chimie de demain.

Les pilules, c'est anti-tout-ca. C'est bypasser, c'est perdre la maitrise du code maitre.
Revenir en haut Aller en bas
megalomarc
Trouble Maker
avatar

Nombre de messages : 1290
Date d'inscription : 08/09/2010

MessageSujet: Re: Les psychiatres, des apprentis sorciers   Lun 14 Mar 2016 - 18:36

La pilule est une béquille. Ça ne doit servir que temporairement pour permettre de réapprendre à marcher tout seul. Si la béquille devient permanente, le médecin et le patient n'ont rien compris.
Revenir en haut Aller en bas
dalp
Trouble Maker
avatar

Nombre de messages : 266
Date d'inscription : 22/03/2007

MessageSujet: Re: Les psychiatres, des apprentis sorciers   Lun 14 Mar 2016 - 22:14

Vous êtes pas mal binaires.

Vous deux, les génies, venez de régler 95% des problèmes de santé mentale sur un forum que personne ne lit.

Vous devez sûrement être des grands spécialistes en santé mentale. Ça va de soit.

Si vous ne voyez pas que ça n'a pas d'allure ce que vous racontez, ni l'ironie de votre conversation, c'est la preuve que vous êtes probablement dans le champs bin raide.

Le beau paradoxe là-dedans c'est que votre propension à penser que vous détenez la vérité absolue sur ce sujet est un signe probant de déséquilibre mental. Sinon, un grave signe d'imbécilité chronique.

C'est très drôle de vous voir aller en tout cas, on dirait une chronique d'Eric Duhaime ou de Richard Martineau, 2 grands penseurs insignifiants.

Bravo, vous êtes des pros.
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Du Motier
Trouble Maker
avatar

Nombre de messages : 2529
Date d'inscription : 24/04/2015

MessageSujet: Re: Les psychiatres, des apprentis sorciers   Mar 15 Mar 2016 - 6:04

C'est rendu quoi le pourcentage de guidoune a qui il faut payer les pilules donc?

Faut certainement pas s'attendre a ce que beaucoup de gens partagent notre vision des choses, eux ils réclament la pilule.

Tu veux rendre ca personnel?

Bientôt chez vous : toi tu vas lever les feutres, l'autre va mentalement flancher parce-que son rêve est bousillé, garde partagée, tu vas tirer de la patte pour payer ta pension, et vogue la galère des pilules et des psys.

Tu peux dire non.

Ah, pis ton jeune a de criss de bonnes chances de se faire doper. Ca aussi tu vas trouver ca normal. Un petit helper, ca replace.

Nous autres, on est une paire de caves.
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Du Motier
Trouble Maker
avatar

Nombre de messages : 2529
Date d'inscription : 24/04/2015

MessageSujet: Re: Les psychiatres, des apprentis sorciers   Mar 15 Mar 2016 - 6:22

Suis le troupeau et laisse toi guider au lieu de faire ta voie.

Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Du Motier
Trouble Maker
avatar

Nombre de messages : 2529
Date d'inscription : 24/04/2015

MessageSujet: Re: Les psychiatres, des apprentis sorciers   Mar 15 Mar 2016 - 7:03

aussitôt que ca ne va pas bien, que tu rencontres un problème, va faire soigner et ajuster ton cerveau.

Ce n'est pas normal. Tu n'as pas a souffrir, et nous devrons respecter ca sans rien dire. C'est une maladie.


Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Du Motier
Trouble Maker
avatar

Nombre de messages : 2529
Date d'inscription : 24/04/2015

MessageSujet: Re: Les psychiatres, des apprentis sorciers   Mar 15 Mar 2016 - 7:04

CA, ce n'est pas idiot.

Excuser moi, j'vas continuer a être con.
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Du Motier
Trouble Maker
avatar

Nombre de messages : 2529
Date d'inscription : 24/04/2015

MessageSujet: Re: Les psychiatres, des apprentis sorciers   Mar 15 Mar 2016 - 8:55

Nous vous fiez pas a nous.

Vous irez voir du monde qui connaissent ca. Vous irez voir Titoine19.


Un expert du 20mg ce n'est pas assez. Plein de bons trucs sur quoi dire au docteur, quelle sorte marche mieux. Parce-qu'ils les essaient une apres l'autre...


Dernière édition par Gilbert Du Motier le Mar 15 Mar 2016 - 10:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
megalomarc
Trouble Maker
avatar

Nombre de messages : 1290
Date d'inscription : 08/09/2010

MessageSujet: Re: Les psychiatres, des apprentis sorciers   Mar 15 Mar 2016 - 14:38

Gilbert Du Motier a écrit:


Ah, pis ton jeune a de criss de bonnes chances de se faire doper. Ca aussi tu vas trouver ca normal. Un petit helper, ca replace.

Nous autres, on est une paire de caves.

C'est ça. Il n'y aura pas de quoi réfléchir davantage. Le voisin le fait aussi. la cousine aussi. Nos amis aussi. C'est normal d'en donner à ses enfants.

Non, il n'y a pas de problème avec la société qui se drogue à des doses jamais vues auparavant. On ne doit pas individuellement chercher à se défaire de ce modèle de société de zombies.

Tout va bien, madame la marquise.
Revenir en haut Aller en bas
megalomarc
Trouble Maker
avatar

Nombre de messages : 1290
Date d'inscription : 08/09/2010

MessageSujet: Re: Les psychiatres, des apprentis sorciers   Mar 15 Mar 2016 - 14:39

Gilbert Du Motier a écrit:
Nous vous fiez pas a nous.

Vous irez voir du monde qui connaissent ca. Vous irez voir Titoine19.


Laughing Laughing Laughing
Revenir en haut Aller en bas
dalp
Trouble Maker
avatar

Nombre de messages : 266
Date d'inscription : 22/03/2007

MessageSujet: Re: Les psychiatres, des apprentis sorciers   Mar 15 Mar 2016 - 15:34

Faque selon ta logique, si tu pognes le sida, c'est juste parce que t'es faible.

R'garde, je suis le premier à ne pas croire aux psys plus qu'à Jojo Savard.

Par contre, un schizophrène, on s'entend qu'il ne s'invente pas une maladie et qu'il a vraiment le cerveau fucked up. Right? Est-ce que c'est parce qu'il est trop faible? Non, il a une maladie mentale.

Je suis pas mal certain qu'il y a des malades imaginaires de la dépression nerveuse et du burnout, des lâches, des BS, des profiteurs.

Mais se pourrait-il qu'il y en aille qui ont vraiment le cerveau totalement déréglé et que juste se dire "enweille donne-toi un coup de pied au cul" ça ne soit pas suffisant? Tsé, y'en a pour qui ça fini en suicide, y'a peut-être un problème plus grave que "ça me tente pas d'aller travailler".

Tu ne peux pas appliquer ta propre vie à toute les situation. Chaque situation a ses particularité. Image-toi voir ta mère pogner une maladie dégénérative qui la décrisse totalement pis que tu doives t'en occuper et la regarder dépérir et souffrir comme une damné pendant 6 mois, un an, pis essaie de me faire accroire que la situation n'aura aucun impact sur ta santé mentale. À moins que ça ferait aussi partie des "situations à détruire" desquelles tu parles.

Y'a du monde qui supporte mieux la chaleur que le frette. C'est lequel le faible là-dedans? Ça peut arriver à n'importe qui, les forts comme les faibles.

T'accumules pis t'accumules, pis un moment donné arrive l'affaire de trop pis la fuse brûle.

C'est pas le genre d'affaire qu'on connait toutes les variables qui nous permettent de juger "ah r'garde le crisse de fif qui a fait un burnout à travailler dans un bureau".

Ceci dit, je n'ai jamais fait ni ne suis en dépression/burnout, je n'en connais pas personnellement non plus.

Pis tes anciens combattants, ils revenaient le cerveau en bouilli, avec des flasbacks, des pertes de mémoire, paranoïaques, déprimés, shell shocked. Les plus chanceux se marient et deviennent alcooliques pour supporter leur mal de vivre.

Le 1/3 des pertes du Canada en Afghanistan, c'est des suicides. Des hommes, des vrâs!

C'est ça des militaires, des êtres humains.

Faque un peu de nuance dans ces tapettes molles, ça ne ferait que t'ouvrir l'esprit qu'en quelque part, c'est pas tous les dépressifs qui doivent être des tapettes molles.
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Du Motier
Trouble Maker
avatar

Nombre de messages : 2529
Date d'inscription : 24/04/2015

MessageSujet: Re: Les psychiatres, des apprentis sorciers   Mar 15 Mar 2016 - 18:20

dalp a écrit:
Tu ne peux pas appliquer ta propre vie à toute les situation. Chaque situation a ses particularité. Image-toi voir ta mère pogner une maladie dégénérative qui la décrisse totalement pis que tu doives t'en occuper et la regarder dépérir et souffrir comme une damné pendant 6 mois, un an, pis essaie de me faire accroire que la situation n'aura aucun impact sur ta santé mentale. À moins que ça ferait aussi partie des "situations à détruire" desquelles tu parles.

C'est juste la vie ca, bâtard!

Ca fait longtemps que je prépare ce moment. Ma mère étant diabétique a l'insuline....J'ai même un lève personne mobile depuis 4 ans au cas ou (amputation).

Cette situation est NORMALE, PRÉVISIBLE, c'est le standard dans la vie, je ne m'attends a RIEN d'autre.

Qui sont les imbéciles qui se font surprendre par ca? Vous ne regardez jamais en avant dans le temps ou quoi?

Le deuil se fait SANS MÉDICATION. Les pilules sont un anti-deuil. Un étire deuil. Un JE-N'EN-FINIRAI-JAMAIS-DU-DEUIL.

Je suis certainement prêt a lui torcher le cul et a autoriser son dernier souffle quand le moment viendra.

Vous pouvez utiliser les pilules, rien prévoir, moi, j'suis un cave.


Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Du Motier
Trouble Maker
avatar

Nombre de messages : 2529
Date d'inscription : 24/04/2015

MessageSujet: Re: Les psychiatres, des apprentis sorciers   Mar 15 Mar 2016 - 18:41

Par chance ma mère est une femme forte qui n'a rien a voir avec les poufiasses a Psy de notre génération qui chignent a tout bout de champ pour des insignifiances.
Revenir en haut Aller en bas
megalomarc
Trouble Maker
avatar

Nombre de messages : 1290
Date d'inscription : 08/09/2010

MessageSujet: Re: Les psychiatres, des apprentis sorciers   Mar 15 Mar 2016 - 22:49

dalp a écrit:

T'accumules pis t'accumules, pis un moment donné arrive l'affaire de trop pis la fuse brûle.

C'est exact. Nous ne sommes pas personnes à l'abri d'une fuse qui brûle.

Notre esprit change. Tantôt il sait résister à l'adversité, et une autre fois il se fait critiquer pour une niaiserie et il pète un plomb.

Je ne suis pas à l'abri que ça m'arrive. Mais le jour où ça arrivera, je serai le principal responsable. Idéalement, je ne devrais pas me sentir coupable. C'est une situation temporaire, ça ne définit pas qui je suis ou qui je ne suis pas. Le sentiment de culpabilité ne sert jamais à rien à part nous décourager. Mais nécessairement il doit y avoir des habitudes mentales qui mènent à la dépression. Ça ne dépend pas juste de la situation extérieure, sinon tout le monde aurait la même réaction. Face à un deuil par exemple, il y aurait une réaction de cause à effet qui se répéterait de manière similaire d'une personne à une autre. Or, les réactions varient énormément. Un est traumatisé et ne peut plus travailler. L'autre va continuer sa vie sans tristesse. L'un est faible, l'autre est fort. Le fort peut plus tard devenir faible et vice versa.
Revenir en haut Aller en bas
megalomarc
Trouble Maker
avatar

Nombre de messages : 1290
Date d'inscription : 08/09/2010

MessageSujet: Re: Les psychiatres, des apprentis sorciers   Mar 15 Mar 2016 - 23:10

dalp a écrit:
Faque selon ta logique, si tu pognes le sida, c'est juste parce que t'es faible.
non

dalp a écrit:

Par contre, un schizophrène, on s'entend qu'il ne s'invente pas une maladie et qu'il a vraiment le cerveau fucked up.  Right?  Est-ce que c'est parce qu'il est trop faible?  Non, il a une maladie mentale.(...) se pourrait-il qu'il y en aille qui ont vraiment le cerveau totalement déréglé et que juste se dire "enweille donne-toi un coup de pied au cul" ça ne soit pas suffisant?

C'est évident. Encore là nul d'entre nous n'est à l'abri de la folie.

dalp a écrit:
 
Tsé, y'en a pour qui ça fini en suicide, y'a peut-être un problème plus grave que "ça me tente pas d'aller travailler"

La volonté de suicide est subjective. La gravité d'une situation dépend d'une personne à l'autre. Par exemple un jeune qui se fait écœurer à l'école, peut vouloir se suicider. Il n'a pas de confiance en lui, il ne comprend pas que la situation est temporaire, il ne comprend pas que sa situation où il se perçoit comme une merde peut changer. Un autre jeune peut vouloir se suicider après sa première peine d'amour. Avec l'âge, on comprend que la souffrance est parfois inévitable et que la vie continue. La plupart du temps, les gens qui se suicident ne réalisent pas qu'ils sont aimés, parce qu'ils ne s'aiment pas eux-mêmes. C'est triste et on doit avoir de la compassion pour eux, peu importe que leur situation soit objectivement difficile ou pas.

Sauf qu'il y a des gens qui supportent des épreuves au delà de ce qu'on pourrait imaginer et qui en ressortent plus forts. En Chine j'ai vu un mendiant sur une montagne sacrée qui n'avait ni bras ni jambes. Son sourire était éclatant. Nécessairement, il y a une question de force de l'esprit. On devrait chercher cette force, au lieu de larmoyer et de se transformer en victime ou en malade qui n'a aucune responsabilité sur ce qui lui arrive, ou sur sa réaction face à l'adversité.
Revenir en haut Aller en bas
megalomarc
Trouble Maker
avatar

Nombre de messages : 1290
Date d'inscription : 08/09/2010

MessageSujet: Re: Les psychiatres, des apprentis sorciers   Mar 15 Mar 2016 - 23:15

Notre vécu change l'anatomie du cerveau

Citation :
On croyait dur comme fer jusqu'à récemment que le cerveau était immuable. Même aujourd'hui, selon la croyance populaire, des modifications du cerveau ne sont possibles que par des interventions médicales ou pharmaceutiques. Or, ce n'est pas comme cela que le cerveau fonctionne. Plutôt, le vécu de chaque personne engendre des changements continuels dans l'anatomie de son cerveau tout au long de sa vie, formant ainsi ses habiletés particulières ainsi que son caractère. Le réseau des neurones est en perpétuel réarrangement, autant relativement aux microchangements des neurotransmetteurs qu'aux grandes bases intégratives reliées à l'intelligence.
http://www.lapresse.ca/le-soleil/z/archives/coin-du-psy/201306/01/01-4656803-notre-vecu-change-lanatomie-du-cerveau.php
Revenir en haut Aller en bas
megalomarc
Trouble Maker
avatar

Nombre de messages : 1290
Date d'inscription : 08/09/2010

MessageSujet: Re: Les psychiatres, des apprentis sorciers   Mar 15 Mar 2016 - 23:26

Ceux qui ont fait des voyages en Orient le savent. Nos conditions extérieures ne nous amènent pas le bonheur. Des pauvres en Asie vivant avec rien sont souvent plus heureux que les Occidentaux qui ont maison, auto, famille, TV 78 pouces, etc.

Ils ont quelque chose à nous apprendre.

Mais on ne veut pas apprendre, on veut la solution à court terme. "Ma situation est terrible, vite les antidépresseurs !"
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Du Motier
Trouble Maker
avatar

Nombre de messages : 2529
Date d'inscription : 24/04/2015

MessageSujet: Re: Les psychiatres, des apprentis sorciers   Sam 19 Mar 2016 - 6:36

Ouin ben, moi, ca me prend un minimum d'indépendance pour être heureux. L'argent amène facilement a ca. Confort et indépendance. Ca m'amène un territoire a moi, a nous. C'est aussi une motivation, améliorer constamment le nid, le confort.

Vivre dans le bois a partir de rien, je ne cesserais d'apporter de nouvelles pierres et de nouveaux morceaux de bois au nid. J'peux être heureux sans rien, si j'ai l'espoir, si j'ai une porte de sortie pour au moins mettre ma femme au chaud, un jour.

La pauvreté ce n'est pas mon truc. La quête de mieux rend heureux aussi. Souvent quand je vois ces gens qui n'ont rien, et qui ne semblent pas tellement aspirer a mieux, je les trouve juste niais.

Avoir un bon lit, payé, a soi, sur une terre dont on ne peut être chasseé de la légalement, ca chauffe le cœur pis on peut se laisser aller a autre chose.

En logement, j'aurais eu beaucoup de misère. J'aime mieux, moins de confort, plus d'indépendance. Vraiment, en logement ma vie aurait différente, probablement scrappe. Avoir son propre nid, travailler a l'améliorer, même une cabane en feuilles de tôles...Avec ma personnalité, j'aurais eu beaucoup de misère a vivre autrement. Une criss de chance pour moi que j'ai su prendre les bonnes décisions au bon moment. Ca m'a facilité l'accès au, ou l'approche du bonheur de ne pas avoir a vivre a contre-courant de ma personnalité. C'est un challenge de moins le matin. J'ai ne sais pas comment les gens font pour passer une vie a logement. J'aimerais mieux les misères et les dangers de la vie en pleine nature sauvage, chez nous. J'peux pas vivre a loyer. Ca me rongerait chaque matin et ca viendrait noircir tout le reste.

Il est faux de dire qu'il n'y a que les relations humaines qui comptent pour l'atteinte ou l'approche du bonheur. C'est une base, une fondation, mais, selon ma personnalité, j'dois ériger dessus. Si le reste s'écroule, j'vais repartir de cette base, pour ériger encore. Pas en malade, mais juste assez pour atteindre un minimum de confort et d'indépendance.

Le matériel c'est plaisant. Faudrait cesser de dénigrer ca au Québec. Mon fauteuil présentement, est mieux qu'une roche. J'aimerais mieux avoir MA roche que TON fauteuil. Mais si j'ai la possibilité d'avoir MON fauteuil, je me sens pas mal mieux que sur ma roche, ca me permet de penser a autre chose que l'osti de pointu qui me saigne le cul. Mais ma personnalité fait aussi en sorte que, ne pas avoir accès a MON fauteuil, j'aurais pris d'autres roches pour frapper sur le pointu jusqu'à temps de me mouler quelque chose d'aussi confortable que TON fauteuil.

Finalement, l'idée c'est de ne jamais renoncer a améliorer son confort et son indépendance. Y rêver c'est bien. Y travailler c'est mieux. Y accéder de plus en plus, pourquoi pas?

Ces histoires de simplicité volontaire et de retour a l'essentiel, moi je n'embarque pas. Le matériel et l'argent, c'est aussi l'essentiel : c'est du confort, de l'indépendance et aussi de la sécurité, et tout être humain devrait tendre vers ca, peu importe d'où il part, peu importe ce qu'il peut atteindre.

Nous, quand on se couche le soir, on se le dit souvent ''on pourra pas dire qu'on aura pas été bien chez nous''. C'est important.
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Du Motier
Trouble Maker
avatar

Nombre de messages : 2529
Date d'inscription : 24/04/2015

MessageSujet: Re: Les psychiatres, des apprentis sorciers   Sam 19 Mar 2016 - 7:01

En plus, ca nous motive a travailler, a participer a la société. C'est aussi important. C'est aussi de l'indépendance : J'vous dois rien. Je ne vous ai rien volé, je ne vous ai rien pris de force.

''Ériger'' avec du ''volé'' (peu importe le moyen), ce n'est pas l'indépendance. On est en dette, en permanence.

Bref, moi je n'ai aucun problème avec les autos et les maisons. Le problème vient du crédit, les gens s'enchainent et se crissent sous tension. Aimant l'indépendance, l'essentiel, je n'ai jamais fais cette gaffe. J'ai fait une merveilleuse utilisation du crédit, quand je compare. Faut réfléchir un peu dans la vie. On peut fabriquer une condition favorable et saine, on peut aussi se pourrir la vie. Avec l'argent, ou les relations humaines, c'est similaire, ca se rejoint a quelque part. Le crédit semble pourrir la vie de pas mal d'Occidentaux. Mais le crédit, c'est une bonne chose, un outil. Le manque de patience, l'envie, la démesure...Osti, c'est votre responsabilité, vous êtes le seuls responsables de vos décisions. Les institutions financières m'offrent présentement de m'enchainer a eux jusqu'à 68 ans, et bien non, non merci. L'outil est la, a chacun d'en faire une bonne utilisation. Moi je remercie le crédit, je remercie les banques de m'avoir offert un deal qui me fut rentable, profitable, qui m'a permis de bâtir plus tôt en échange d'une contrepartie raisonnable...

Les couples qui s'endettent a mort, et qu'aussitôt qu'ils baissent le capital de 20k, le reprennent pour une moto, calvaire, ce n'est pas vivable, ils se mettent sous tension, c'est dur, le couple éclate, et vogue la galère. Pas d'affaire a blâmer la banque quant a moi. La banque offre, dites non. On m'offre de l'héroine, je dis non aussi. Faut savoir dire non, rester sage. Sinon payez pour, assumez. Vendez. Braillez. Mais blâmez pas la banque ou le système, blâmez vous.
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Du Motier
Trouble Maker
avatar

Nombre de messages : 2529
Date d'inscription : 24/04/2015

MessageSujet: Re: Les psychiatres, des apprentis sorciers   Sam 19 Mar 2016 - 7:35

Si tu me demandes, ma femme en échange de tout, c'est oui. J'suis prêt a tout brûler.

Mais on va rebâtir, et on va s'arranger pour se refaire un nid, le mieux qu'on peut, avec ce que l'on peut, et je plains celui qui voudrait nous en empêcher par des moyens que nous jugerons immoraux et malhonnêtes.

Si possible, une TV plus grosse que 78 pouces. Pourquoi pas. On aime les grosses TV. Un mur au complet. J'aimerais bien la réalité virtuelle, genre holographique grandeur nature.
Revenir en haut Aller en bas
megalomarc
Trouble Maker
avatar

Nombre de messages : 1290
Date d'inscription : 08/09/2010

MessageSujet: Re: Les psychiatres, des apprentis sorciers   Jeu 9 Juin 2016 - 11:47

Gilbert Du Motier a écrit:
En plus, ca nous motive a travailler, a participer a la société. C'est aussi important. C'est aussi de l'indépendance : J'vous dois rien. Je ne vous ai rien volé, je ne vous ai rien pris de force.

''Ériger'' avec du ''volé'' (peu importe le moyen), ce n'est pas l'indépendance. On est en dette, en permanence.

Bref, moi je n'ai aucun problème avec les autos et les maisons. Le problème vient du crédit, les gens s'enchainent et se crissent sous tension. Aimant l'indépendance, l'essentiel, je n'ai jamais fais cette gaffe. J'ai fait une merveilleuse utilisation du crédit, quand je compare. Faut réfléchir un peu dans la vie. On peut fabriquer une condition favorable et saine, on peut aussi se pourrir la vie. Avec l'argent, ou les relations humaines, c'est similaire, ca se rejoint a quelque part. Le crédit semble pourrir la vie de pas mal d'Occidentaux. Mais le crédit, c'est une bonne chose, un outil. Le manque de patience, l'envie, la démesure...Osti, c'est votre responsabilité, vous êtes le seuls responsables de vos décisions. Les institutions financières m'offrent présentement de m'enchainer a eux jusqu'à 68 ans, et bien non, non merci. L'outil est la, a chacun d'en faire une bonne utilisation. Moi je remercie le crédit, je remercie les banques de m'avoir offert un deal qui me fut rentable, profitable, qui m'a permis de bâtir plus tôt en échange d'une contrepartie raisonnable...

Les couples qui s'endettent a mort, et qu'aussitôt qu'ils baissent le capital de 20k, le reprennent pour une moto, calvaire, ce n'est pas vivable, ils se mettent sous tension, c'est dur, le couple éclate, et vogue la galère. Pas d'affaire a blâmer la banque quant a moi. La banque offre, dites non. On m'offre de l'héroine, je dis non aussi. Faut savoir dire non, rester sage. Sinon payez pour, assumez. Vendez. Braillez. Mais blâmez pas la banque ou le système, blâmez vous.

Je suis pareil comme toi. Pour ma part, je me suis endetté pour les études, je ne m'endetterais pas pour des niaiseries comme un beau char. Quand je fais un voyage, je pars en sachant que j'ai l'argent. C'est une forme d'endettement parce que pendant ce temps la, je ne rembourse pas ma dette d'étude. Mais je préfère voyager maintenant pendant que je suis libre d'attaches. C'est une façon pour moi de continuer à me former. C'est pas à 60 ou à 70 ans que c'est le temps de voyager. Je sais pas d'ailleurs si je me rendrai là. Si t'as pas le souhait de voyager c'est bien correct aussi.
Revenir en haut Aller en bas
megalomarc
Trouble Maker
avatar

Nombre de messages : 1290
Date d'inscription : 08/09/2010

MessageSujet: Re: Les psychiatres, des apprentis sorciers   Jeu 9 Juin 2016 - 11:50

Une autre tuile tombe sur la tête des donneux de pilules:

Citation :
La plupart des médicaments antidépresseurs sont inefficaces, voire parfois dangereux chez les enfants et les adolescents souffrant de dépression majeure, selon une vaste étude publiée jeudi dans la revue médicale britannique The Lancet.

Menée par un groupe international de chercheurs, l'étude a passé en revue 34 essais portant sur plus de 5000 enfants et adolescents âgés de 9 à 18 ans et 14 médicaments antidépresseurs.

Un seul de ces médicaments, la fluoxetine (commercialisée notamment sous le nom de Prozac), s'est montré plus efficace qu'un placebo pour traiter les symptômes d'une dépression.

http://www.lapresse.ca/vivre/sante/201606/09/01-4990069-la-plupart-des-antidepresseurs-inefficaces-chez-les-enfants-et-adolescents.php
Revenir en haut Aller en bas
megalomarc
Trouble Maker
avatar

Nombre de messages : 1290
Date d'inscription : 08/09/2010

MessageSujet: Re: Les psychiatres, des apprentis sorciers   Jeu 9 Juin 2016 - 11:52

Qu'est-ce que tu penses des fumeurs Pontiak ?

Ceux qui sont prêts à crisser 3 à 5000$ par année dans le feu pour tirer de la boucane ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les psychiatres, des apprentis sorciers   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les psychiatres, des apprentis sorciers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» La nuit des sorciers (50).
» ALBUM PHOTOS DE COURS - ÉCOLE DES APPRENTIS MÉCANICIENS
» ÉCOLE DES APPRENTIS MÉCANICIENS DE LA FLOTTE - TOME 2
» Réouverture de l'Ecole des Apprentis Mécaniciens de la Flotte
» ÉCOLE DES APPRENTIS MÉCANICIENS DE LA FLOTTE - TOME 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Un forum fruité :: La roue de secours :: Politique et Société-
Sauter vers: